L’éolien : stimulateur d’économie locale

L’éolien est une réponse certaine aux besoins en énergies renouvelables. Concurrencé au début du XXème siècle par l’essor des énergies fossiles, ce mode de production d’électricité trouve au XXIème siècle tout son sens. En effet, à l’heure de la décarbonation, et de ses enjeux mondiaux, la production d’énergies vertes est un impératif que l’éolien peut combler en partie. La France s’est fixé des objectifs très ambitieux afin de diminuer sa consommation d’énergies primaires émettrices de gaz à effet de serre. D’ici 2030, le « mix énergétique national » devra comporter 32% d’énergie renouvelable dont 40% d’électricité d’origine renouvelable. En conformité avec la loi Energie Climat, le Programme Pluriannuel de l’Energie (PPE) prévoit une réduction de consommation d’énergies fossiles de l’ordre de 40% d’ici 2030. La production d’énergie électrique nucléaire devra quant à elle être réduite de 50% d’ici 2035.

L’éolien a donc un rôle de taille à jouer, sachant qu’en 2017, en France, l’électricité éolienne ne couvrait que 4,97% du besoin national en consommation d’énergie. Même si la France se positionne au 3ème rang au niveau de l’Europe en termes d’installations de parcs éoliens et qu’elle est 4ème toujours en Europe pour sa puissance éolienne raccordée avec une production totale de 13,8GW, elle a encore du retard à rattraper. En effet l’Allemagne est un pays très en avance au niveau de l’énergie éolienne avec 56,1 GW produits en 2017.

Petit état des lieux sur la géographie des parcs éoliens en France, leurs bassins d’emplois, et sur ce qu’il en est en termes de développement local et de retombées économiques sur un territoire. 

Localisation

On constate que le plus fort développement des parcs éoliens en France se situe dans le Grand Est et les Hauts-de France. Vient ensuite le Bassin Parisien, le Centre Val de Loire et la Normandie.

En ce qui concerne le Grand Ouest (La Bretagne, Pays-de-la-Loire et une partie de la Nouvelle Aquitaine), c’est l’éolien maritime qui va tendre à se développer de façon importante sur les côtes. En Auvergne Rhône-Alpes et la Bourgogne Franche-Comté, l’industrie s’est spécialisée dans la fabrication de composants d’éoliennes.

Enfin, on peut dire que la méditerranée et tour le secteur Sud-Provence, Alpes Côte d’Azur et Occitanie est le berceau de l’industrie éolienne en France avec des acteurs historiques comme Eco Delta par exemple.

Bassin d’emploi de l’éolien

La création de postes liés à l’éolien est une dynamique directement corrélée à l’installation de parcs sur l’ensemble du territoire. En 2017, on comptabilisait 1230 emplois supplémentaires créés grâce à la production de cette énergie. Au total en France, on compte 17 100 emplois liés à l’éolien. Ce vivier d’emplois directs et indirects émane de 1070 sociétés actives constituant un réseau industriel diversifié : de la TPE aux plus grands groupes.

En 2017, les bassins d’emplois les plus importants se trouvent essentiellement dans les Hauts de France, le Nord, les Pays de la Loire, l’Auvergne Rhône-Alpes et la Côte d’Azur.

Au total, ce sont 4 emplois par jour qui sont créés en France grâce à l’énergie éolienne et ce chiffre tend à progresser notamment avec les objectifs du PPE qui vise à ce que à raccorder d’ici fin 2023 de 21,1 à 26 GW. En 2017,  la France en était à 13,5 GW raccordés. C’est-à-dire 5% de la consommation nationale d’électricité.

On peut imaginer que les bassins d’emplois précédemment cités vont se développer et que d’autres vont émerger avec toujours plus de poste en lien avec l’éolien créés.

Qu’est ce que l’on entend par emploi éolien ?

L’industrie éolienne est un véritable levier de création d’emplois durables dans les territoires. Ces emplois, ils sont multiples et variés, direct ou indirects mais  on long terme assurément. De la fabrication de composants à l’ingénierie en passant par la construction, de nombreuses entreprises travaillent pour l’éolien.

Etudes et développement :

  • Bureaux d’études, mesures de vent ; mesures géotechniques, expertise technique, bureau de contrôle, développeurs financiers.

Fabricants de composants :

  • Pièces de fonderie, pièces mécaniques, pâles, nacelles, mâts, freins, équipements électriques pour éoliennes et réseau électriques.

Ingénierie et construction :

  • Assemblage logistique, génie civil, génie électrique et réseaux, montage, raccordement réseau.

Exploitation et maintenance :

  • Mise en service ; exploitation, maintenance, réparation, traitement des sites.

L’éolien crée de l’économie au cœur des territoires

On compte 800 entreprises en lien avec l’énergie éolienne réparties sur tout le territoire français. En fait, lors du développement et l’installation d’un parc éolien, ce sont principalement des entreprises locales qui travaillent. En effet, on est dans des travaux de voirie ou de construction. Par la suite, la phase d’exploitation ainsi que la maintenance peuvent aussi être assurées par des entreprises du secteur géographique où sont implantées les éoliennes.

Retombées fiscales

L’installation d’un parc éolien génère des retombées fiscales pour les collectivités territoriales. Ce qui permet bien souvent de maintenir ou de créer des services publics.

Il faut savoir qu’en moyenne, un parc de 5 éoliennes de 2MW chacune génère 100 000 euros de retombées fiscales par an. La répartition de ces retombées s’opère entre les communes (68.3%), le Conseil Départemental (28.2%) et la région (3%).

Parfois, le Parc est développé avec une part de financement participatif. Les particuliers ou les collectivités qui ont investi perçoivent ainsi chaque année les fruits de leur investissement.

L’énergie éolienne permet donc aux territoires notamment les oubliés des zones rurales, de retrouver des marges de manœuvre financières et ainsi de maintenir ou de créer des services et des installations publiques qui profitent à tous.

Sources : Observatoire de l’Eolien 2018 ; Cabinet BearingPoint, France Energie Eolienne.